Comment faire un post parfait ?

La méthode Paris Match

Article Biblond #84, le magazine branché coiffure !

Couper des cheveux à la hache, colorer une seule tête 15 heures d’affilées, coiffer les yeux bandés, tout, tu as déjà tout essayé pour stupéfier l’internaute et espérer l’alpaguer jusque dans ton fauteuil. Seulement voilà, tes posts font pschitt à défaut d’éclater comme un bouchon de Dom Pérignon bien frais ! Faire du « buzz» sur Facebook ou Insta ça n’arrive pas en claquant juste des doigts, ça se travaille méthodiquement. Mais j’ai un scoop pour toi : la vraie formule existe déjà !

Paris Match, tu connais ? « The » magazine précurseur du «buzz» tout azimut alors même que Mark Zuckerberg portait encore des couches-culottes. Et sais-tu pourquoi ? Son slogan : « Le poids des mots, le choc des photos ». Plus qu’une promesse : une recette magique qui n’a pas pris un seul cheveu blanc…

Le choc des photos

Puisque l’image arrive 60 000 fois plus rapidement au cerveau de l’internaute-sapiens que tout autre type de contenu, focalisons-nous sur ce premier point crucial en terme d’accroche ! C’est clair que ton image, ta photo ou ta vidéo doit avoir un impact illico presto pour scotcher les rétines et marquer l’arrêt brutal du « scolleur » intentionnellement choqué.

En moins d’une seconde, tu dois l’informer avec un visuel de bonne qualité, au bon format et libre de droits de surcroît ! Sans cela : bye-bye ton effet de surprise, envolée ta crédibilité, invisible ta viralité. Le choc des photos est un véritable challenge à relever dans un contexte galvanisé de « copier-coller »… Il est temps de déconfiner ta sensibilité artistique au-delà de ta brosse en poils de sanglier.

Entraîne-toi ! Dégaine ton S9 et shoot à tout-va de ton living-room jusqu’au Monoprix. Trouve le bon angle, capture la lumière idéale, pixelise ton originalité, personnalise ta créativité et deviens le paparazzi de ton propre média.

Le poids des mots

Sais-tu que sur Facebook, tu peux écrire jusqu’à 63 206 caractères ? Et pourtant personne n’en fait rien ou presque. Dommage, car accompagner ta photo d’un texte augmente l’engagement jusqu’à 86% de ta communauté, c’est ça le poids des mots !

Pour faire pencher la balance de ton coté, mets-toi 5 minutes dans la tête de tes abonnés. Crois-tu qu’ils voient la même chose que toi si tu ne légendes pas ton image ? Un post sans parole, c’est autant d’interprétations possible que de cheveux sur la tête à Toto ! En gros 2 lignes sans faute suffisent pour donner du sens à ta publication, faire réagir tes followers et chatouiller les algorithmes de Facebook et Insta au passage !

Oublie les formules pompeuses : fais des phrases courtes, simples avec des mots précis. Facilite la lecture avec des espaces et des emojis sans perdre de vue les valeurs de ton salon. Et arrête avec les « on » ou les « nous » alors que tu travailles seul.e dans ton salon ! Tu n’es pas une multinationale, tu es un artisan alors donne un ton humain à ton texte. Pas besoin de viser le prix Goncourt, sois toi ça suffira !

Le rencard addictif

« Vous avez le Match de cette semaine ? ». Que celui qui n’a jamais entendu cette phase dans un salon me rase la tête ! Ah sacro-sainte presse people, l’addiction aux strass, paillettes et autres histoires décoiffantes ! L’arme de racolage massive de toute une génération de coiffeurs bien avant le SMS de rappel. Et du croustillant sur papier glacé au «buzz» numérisé, tu n’as qu’un pas à franchir pour rendre accro avec tes publications : le rencard. Publier régulièrement c’est bien, publier n’importe quand ça craint !

Pour cela, donne RDV à tes abonnés aux meilleurs moments de la semaine selon l’analyse de tes statistiques. L’indicateur incontournable de stratégie social média trop souvent négligé. Pourtant identifier tes performances est fondamental pour adapter tes messages, optimiser tes contenus et planifier tes posts avec efficacité. La combinaison infaillible pour fidéliser ta communauté, te faire désirer et rafraîchir la bonne vielle méthode du bouche-à-oreille.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *